Takuvunga

Rigoberta Menchú Tum, militante pour les droits des peuples indigènes mayas du Guatemala.
Née en 1959 dans une famille de paysans appartenant à la branche Quiche des peuples Mayas. Elle s’est impliquée dès son adolescence dans la lutte pour les droits des femmes. La famille Menchu a été accusée de prendre part à la guerrilla, Le père de RIgoberta, Vicente, a rejoint le Comité de l’Union des Paysans (CUC) après avoir été emprisonné et torturé pour avoir prétendument participé à l’exécution d’un propriétaire de plantation local. Rigoberta Menchu a également rejoint le CUC en 1979. Son frère a été arrêté, torturé et tué par l’armée, son père tué par les forces de sécurité de la capitale, sa mère tuée après avoir été arrêtée, torturée et violée. Rigoberta s’est de plus en plus impliquée dans le CUC, et a été une personnalité majeure lors de plusieurs grèves et manifestations revendiquant entre autres de meilleures conditions de travail pour les paysans.  Elle a rejoint en 1981 le radical Front Populaire, au sein duquel elle a contribué en éduquant la population paysanne indigène à résister à l’oppression militaire massive. Elle a alors dû se cacher, au Guatemala, puis fuir au Mexique. Elle s’est alors lancée dans l’organisation à l’étranger de la résistance à l’oppression au Guatemala et dans la défense des droits des populations paysannes. Elle est devenue une actrice majeure et mondialement reconnue de la lutte pour les droits des indigènes et la réconciliation ethno-culturelle.

http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/1992/tum.html

Lever de soleil sur le lac Atitlan, depuis le sommet du volcan san Pedro, Guatemala. 

Sunrise on lake Atitlan, from the top of the volcano San Pedro, Guatemala.